5 titres mettant en vedette le les meilleurs moments du Joker

Après leurs nombreux déboires cinématiques, la compagnie de bande-dessinées DC en a surpris plus d’un avec la sortie du film Joker. Avec un intérêt du public ravivé pour le personnage, voici donc une liste, sans ordre particulier, de différentes versions du Joker qui valent la peine d’être explorées.

Mention honorable : Il est évident à ce point que The Killing Joke est une œuvre séminale qui n’a plus vraiment besoin d’être mentionnée. J’en parle simplement ici pour ne pas croire qu’il s’agit d’une omission.

Le Masque du Phantasme (Mask of Phantasm) — Long métrage

Le Masque du Phantasme (Mask of Phantasm)Joker est plus ou moins le réel antagoniste aux côtés du titulaire masque du phantasme. Comme d’habitude le personnage est dérangé, mais ce qui est vraiment intéressant repose dans l’étendue de sa folie et ce qui il était avant. C’est l’une des rares versions où l’on voit le prince du crime avant sa création. Il est impliqué que le Joker a probablement toujours été une mauvaise personne, car il était un criminel (dans le genre année 30 qui pourrait passer comme un danseur dans une vidéo de Michael Jackson). Après sa transformation, il est tout autant machiavélique mais dérangé. Lorsqu’il a une opportunité d’achever un adversaire au hachoir, il décide plutôt de s’emparer d’un saucisson. Cette simple action en dit long sur son état d’esprit et jusqu’à où il est prêt à aller pour pousser une blague. Cette incarnation ne laisse aucun doute en ce qui est de sa folie.

Batman Beyond: Le Retour du Joker (Return of the Joker) Long métrage

Batman Beyond: Le Retour du Joker (Return of the Joker)Cette version du personnage est toujours hystérique, mais se distingue par un caractère maintenant plus contrôlé, réservé et sadique. Il ne s’agit plus seulement d’avoir un humour loufoque, mais aussi d’injurier et de blesser. Cette version est quand même moins chaleureuse. Surtout pour un film animé. Ce n’est pas la première fois qu’il tue ou torture, mais ici il s’agit de la fréquence et de son froid caractéristique. Que se soit dans ses expressions faciales ou la performance de Mark Hamill, le mal qui émane de lui est palpable. Sa façade charismatique tombe et il n’hésite même pas à se moquer de la mort des parents de Batman. Un fait qui normalement l’aurait peu intéressé lui sert maintenant de munition pour rabaisser.

Trilogie Arkham (Arkham Trilogy) — Jeuxvidéo

Trilogie Arkham (Arkham Trilogy)Mark Hamill reprend son rôle et dans cette itération donne une performance qui résume parfaitement le personnage. Le sadisme, le rire, la folie et le pitoyable, tout y est. La performance des deux premières itérations sont bonnes, mais c’est dans le troisième que le clown brille. Joker meurt de son propre dessein dans le deuxième jeu ne pouvant laisser aller sa haine pour Batman. Miraculeusement il fait un retour dans le dernier. Bien que la justification de son retour est plutôt médiocre, les interactions qui en résultent en valent le coup. Le Joker n’est qu’une hallucination et reste une présence constante tout le long du jeu. Cette fois, il est beaucoup plus farceur et manipule la vision du joueur. Il faut toujours regarder à deux reprises et ne pas être étonné de le trouver caché dans un coin. Peut-être apparaîtra-il à un moment sur une affiche, mais un autre moment se trouvera au sommet d’une statue. Quoi qu’il en soit, il est très divertissant. C’est simplement dommage que seul Batman peut profiter de ses interactions.

Chevalier Blanc (White Knight) BD

Chevalier Blanc (White Knight)Dans cet univers, Batman est brutal et bat son rival presque à mort, le forçant à avaler une tonne de pilules. Miraculeusement il devient lucide dû à une overdose. Malgré son soi-disant changement de caractère, il cherche toujours vengeance contre Batman, mais avec des moyens plus légaux. Il est fascinant de voir le personnage prendre du recul sur lui-même et comprendre les profondeurs de sa folie. Ses idées sont enfin claires et son esprit toujours aussi diabolique. Par instant, il est presque tragique de réaliser à quel point il est perdu. Harley Queen, son acolyte, l’avait quitté depuis plusieurs années et il ne s’en était même pas rendu compte, l’ayant simplement remplacé par une autre femme.

Le Retour du Chevalier Noir (The Dark Night Returns) BD et Long métrage

Le Retour du Chevalier Noir (The Dark Night Returns)Une autre version très psychotique, sauf que cette fois-ci il possède une obsession encore plus profonde que les autres pour le chevalier noir. Il passe des années catatoniques et revient seulement lorsque Batman sort de la retraite. Rien n’a changé, il est même pire. Meurtre et même viol sont à l’ordre, mais c’est surtout sa fascination avec le héros qui est inusitée. Il y va presque de l’amour, un amour obsessif et sombre. Les allusions sont nombreuses : les petits mots doux et le rouge à lèvre verdâtre révèlent ses vraies intentions.

 

Ceci ne sont que quelques exemples d’histoire présentant le Joker. C’est un bon début pour tout néophyte et j’espère vous encourager à lire plus et à découvrir le personnage et l’univers plus étendu de DC Comics.

Harryson Joseph

Un vrai snob intellectuel, je m'intéresse à toute sorte de choses, mais particulièrement les jeux vidéos. La télévision à eu raison de mon cerveaux alors je n'arrive qu'a déblatérer mes opinions de la manière la plus incohérente possible. Dans mon temps libre j'écris et je pousse les gens à rejoindre mon culte tournant autour du jeu Godhand.

Pour plus d'articles du même auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *